Nom féminin. La podoplatite (ou ozonophilie exacerbée) est une maladie dite « perverse ». Elle est perverse dans le sens ou bien qu’affectant principalement les courtisans ou les édiles de haut rang, ses effets néfastes sont ressentis par l’ensemble de la plèbe qui patit de la destruction de la couche d’ozone provoquée par les malades.

Quand le tribun devient édile (ministre, député, maire de capitale ou de grande ville…), ses pieds deviennent plats (Ref.), d’où le terme de « podoplatite », qui désigne la maladie elle-même à l’inverse du terme d' »ozonophilie » qui lui désigne les effets ou conséquences de la maladie. Bien que beaucoup plus présente en France que dans le nord de l’Europe, cette maladie frappe sans distinction de camp, de penchant, ou de parti.

Ayant noté de nombreuses similitudes entre les symptômes de la podoplatite et ceux de la pygoscelistite, les chercheurs de l’IRMM (Institut de Recherche sur les Maladies Monarchiques) soupçonnent ces deux maladies d’avoir une souche commune. Cependant, la réduction des bugdets de l‘IRMM pour permettre le refinancement de la caisse de retraite des caméristes durement touchée par l’affaire Madoff a repoussé aux calendes grecques les résultats des recherches prévus pour 2063.
Publicités