Rétro-ctésibiosage : Nom masculin. Contrairement à ce que l´on pense, Nicolas Sarkozy n’est pas l´inventeur du « travailler plus pour gagner plus ». En effet c’est une pratique largement répandue chez nos édiles, de tout camp, penchant ou parti, et ce depuis très longtemps. Mais à la différence de la plèbe qui ne peut rajouter que quelques heures par jour à sa journée de labeur, nos édiles eux, ont découvert et conservent précieusement le secret du rétro-ctésibiosage.

 

Tout comme Ctésibios d’Alexandrie avait perfectionné la clepsydre pour l´amener à mesurer de façon précise une période de ving-quatre heures, les rétro-ctésibiosiens eux, parviennent à comprimer trois voire quatre jours de 24 heures en un seul. Cela leur permet par exemple d’occuper simultanément trois ou quatre fonctions comme sénateur, maire et président de communauté d’agglomération ; ou encore maire, conseillé régional et vice président de la communauté d’agglomération ; diverses combinaisons sont possibles. Voilà donc pour ce qui est du « travailler plus ».

 

Pour le « gagner plus », c’est simple: indemnité de la première fonction + indemnité de la deuxième fonction + indemnité de la troisième (Ref.) = bingo. Il existe bien une loi qui plafonne en théorie le montant total des différentes indemnités, mais certains aménagements comme par exemple la désignation d’un collègue qui percevra le trop perçu existent aussi (Ref.).

 

De toutes façons il serait bien indécent de demander à quelque courtisan que ce soit de justifier à la plèbe s‘il (ou elle) reverse bien ce trop perçu (Ref.). Par ailleurs, quel manant, peu, voire nullement coutumier de sommes équivalentes à des décennies de pitance plébéiennes serait en mesure d’en saisir l’utilisation ?

 

Remarque : Notre pays est l’un des seuls en Europe, où des édiles nobilitas cumulent plusieurs fonctions électives. Alors que les parlementaires français ont pour 85% d’entre-eux au moins une autre responsabilité locale, ils ne sont que 16% en Italie, 15% en Espagne, 13% en Grande Bretagne et 10% en Allemagne. Source : Oeuvrer.og.

 

Terminons par une petite citation d’un célèbre séducteur français :

 

La trajectoire d’un élu politique en France répond à deux lois simples : on se présente à une fonction pour préparer sa candidature à la fonction suivante ; lorsqu’on est élu à la fonction supérieure, on conserve la fonction antérieure de manière à éviter qu’un « intrigant » ne vienne reproduire à vos dépens le parcours que vous venez de réussir. D’où l’obsession de cumuler les mandats. – Valéry Giscard d’Estaing

Publicités